Gedicus

Accueil > Les éditions du bras d’honneur > Battre en retraite ou aller de l’avant ?

Battre en retraite ou aller de l’avant ?

mardi 10 décembre 2019

Messieurs les gouvernants,
Une menace plane sur vous comme sur nous : de nombreux mécontents entendent faire du 5 décembre prochain le début d’un mouvement mettant en cause nos intérêts et notre autorité. Prenant prétexte d’une « réforme » des retraites éminemment progressiste en ce qu’elle en réduit les avantages (Prélude, nous l’espérons, à la suppression complète de cette allocation à des êtres devenus improductifs et donc inutiles), ils espèrent amalgamer leurs reproches en un mouvement capable de nous forcer à leur lâcher au moins quelques miettes.

S’il ne s’agissait que de cela, nous ne serions pas très inquiets, quoiqu’il nous soit toujours désagréable d’ouvrir nos bas de laine. Mais on sait ce que de tels mouvements, quand ils font irruption dans une société profondément inégalitaire et oppressive, peuvent susciter de débordements. Nous n’avons pas oublié 1936 et 1968, sans parler d’insurrections plus radicales dans l’Histoire. Et les Gilets Jaunes sont toujours là, qui nous inquiètent sérieusement.

Il suffirait que tous ces mécontents du sort peu enviable que nous leur avons fait depuis des décennies dépassent leurs revendications catégorielles et corporatistes ; il suffirait qu’ils s’organisent en assemblées autonomes pour débattre entre eux de tout ce qui ne va pas, sans se laisser divertir par des démagogues de toutes obédiences, et qu’ils s’avisent ainsi que c’est toute notre domination qu’il faudrait abolir et la construction d’un autre monde à laquelle il faudrait réfléchir, et qu’il faudrait commencer, et nous serions foutus.

C’est pourquoi nous comptons sur votre bras armé pour nous défendre tous et infliger à cette velléité d’insurrection la défaite qu’elle mérite ; lui faire sentir ce qu’il en coûte de se révolter contre nous et l’en dissuader pour longtemps.

Certes, nous savons que vous vous préparez sérieusement à la contre-attaque par tous les moyens, depuis les armes mutilantes jusqu’à l’éventuelle concession d’un Grenelle « pragmatique » qu’applaudiraient comme une victoire tous les pique-assiettes, en passant par un vaste usage de l’ « information » manipulée et des mensonges propices à la sauvegarde de la démocratie. Mais nous permettons d’en appeler à votre fermeté. Nous allons vivre un moment historique. Ce ne sera pas le moment de battre en retraite.

Des patrons lucides.
29 novembre 2019