Gedicus

Accueil > Lettres indésirables

Lettres indésirables

" Cette amnésie toute particulière, encore plus intéressée qu’intéressante."
Armand Robin, (Lettre indésirable, 29 novembre 1946)

La sincérité d’une position "critique" se mesure à sa capacité à recevoir à son tour des critiques. Le libre débat sur les idées ne se fait jamais au détriment de la lucidité. Si une "conviction" ne peut pas tenir face aux objections qui lui sont faites c’est qu’elle mérite d’être révisée ou améliorée. Qui est honnête dans sa démarche "contestataire" ne refuse donc pas d’entendre ce qu’on lui objecte car il sait que ces objections ne peuvent que l’aider à préciser son opinion et que, si elles sont réfutables, il est de son intérêt de les réfuter plutôt que de les cacher.
A l’inverse, qui passe sous silence les objections qui lui sont faites montre qu’il a peur que ses convictions ne résistent pas à la confrontation et qu’il n’est partisan que de la fausse "liberté" de penser comme lui.
Les lettres recueillies ici, adressées au courrier des lecteurs de divers journaux et revues posant comme "critiques" de la société actuelle, prenaient au mot cette "ouverture" à laquelle ils se disaient appliqués.
Force a été de constater que, chez ces gens là, comme chez bien d’autres, ce qui dérange un peu trop le discours n’a droit qu’à la censure.
Mais ils surestiment évidemment leur capacité à rendre invisible ce qui refuse de se ranger dans leur ligne. La preuve. ces lettres on peut tout de même les lire. ici.